Rapport SIPRI: La Chine, l'Inde et le Pakistan augmentent leurs arsenales militaires

Publié le par revivall

Les réductions des forces nucléaires et les modernisations continuent

(Stockholm, 3 juin 2013) Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) lance aujourd'hui ces conclusions du SIPRI 2013, qui évalue l'état actuel de la sécurité internationale, des armements et désarmement. Les constatations clés comprennent: (a) seul parmi les cinq reconnaît légalement les États dotés d'armes nucléaires, la Chine a élargi son arsenal nucléaire en 2012 ; (b) le nombre de personnels affectés aux opérations de paix dans le monde entier est en baisse rapide en raison du retrait d'Afghanistan ; (c) les progrès vers une interdiction mondiale des armes à sous-munitions au point mort en 2012.

Les Forces nucléaires dans le monde — des réductions et la modernisation continuent

Au début de 2013, huit États dont les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la France, la Chine, l'Inde, le Pakistan et Israël — possédait environ 4400 armes nucléaires opérationnelles. Presque 2000 d'entre eux sont conservés dans un état d'alerte opérationnel. Si toutes les ogives nucléaires sont comptées, ces États possèdent ensemble un total d'environ 17 265 armes nucléaires (voir tableau), comparativement à 19 000 au début de 2012.

La diminution est due principalement à la Russie et les États-Unis à réduire le plus leurs stocks d'armes nucléaires stratégiques aux termes du traité sur les mesures pour la nouvelle réduction et la Limitation des armements stratégiques offensifs (nouveau départ) ainsi que sa retraite sur les armes vieillissantes et obsolètes.

Dans le même temps, tous les cinq légalement reconnu les États dotés d'armes nucléaires — La Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis ont déployé de nouveaux vecteurs d'armes nucléaires ou ont des programmes annoncés pour le faire et apparaissent déterminés à conserver leurs arsenaux nucléaires indéfiniment. Des cinq, seule la Chine semble s'élargir son arsenal nucléaire. L'Inde et le Pakistan ont tous deux élargis leurs stocks d'armes nucléaires et les livraisons de missiles.

"Une fois de plus, il y avait peu d'espoir que les États détenteurs d'armes nucléaires soient réellement prêts à renoncer à leurs arsenaux nucléaires. Les programmes de modernisation à long terme en cours dans ces États donnent à penser que les armes nucléaires sont toujours un marqueur de statut international et de la puissance"dit le chercheur Shannon Kile.


Les forces nucléairesdu monde, 2013

Pays Ogives déployées *
Autres ogives
Total 2013
Total 2012
É.-U. 2150
5550 7700 8000
Russie 1800 6700 8500 10000
UK 160
65 225 225
France 290
10 300 300
Chine   250 250 240
Inde   90-110 90-110 80-100
Pakistan   100-120 100-120 90-110
Israël   80 80 80
Total 4400 12865 17265 19000

 

Source: SIPRI Yearbook 2013 * "Déployée" signifie ogives placées sur des missiles ou situés sur des bases avec des forces opérationnelles.

 

Le Nombre de gardien de la paix tombe brusquement — la crise syrienne expose les écarts entre principes et action

Le nombre de soldats de la paix déployé dans le monde entier est tombé à plus de 10 pour cent en 2012, comme le retrait de forces internationales de l'Afghanistan a commencé. À 233642 personnes, le total était plus que le double déployé en 2003. Ces personnes a été déployé dans 53 opérations dans le monde entier, encore plus qu'en 2012.


"Nous allons certainement voir le nombre total de casques bleus continuaient à tomber cette année et probablement l'année prochaine aussi, à la suite du retrait de l'OTAN en Afghanistan," a déclaré le Dr Jaïr van der Lijn, chercheur Senior SIPRI, qui dirige les travaux du SIPRI sur les opérations de paix, gestion de conflits et de consolidation de la paix. " Ce qui va ressembler au futur paysage de maintien de la paix va dépendre de combien de troupes seront déployées par la suite au Mali, la plus vaste région du Sahel et, potentiellement, en Syrie, ainsi que d'autres États" soit une volonté d'agir pour améliorer la protection des civils à travers des opérations de paix et de mettre en œuvre la responsabilité de protéger au lieu de juste déplorer les échecs. Des mesures d'austérités joueront également un rôle, mais paradoxalement, l'austérité pourrait bien encourager les États à envoyer davantage de troupes à d'autres missions de paix afin d'éviter des pressions internes pour réduire leurs forces armées."

L'Organisation des Nations Unies semblait paralysée sur la crise de la Syrie. Le nouveau principe d'une responsabilité internationale de protéger les populations si le gouvernement omet de le faire — la base de l'intervention de 2011 en Libye — n'était pas invoquée, comme la Chine et la Russie a menacé d'opposer son veto à toute action par le biais de l'ONU et d'autres membres du Conseil de sécurité s'opposant à l'" ingérence" extérieure dans les affaires intérieures de la Syrie.

"Le manque d'action au-dessus de la Syrie en 2012 a mis en évidence la faiblesse de l'engagement international pour la responsabilité de la protection. En fin de compte, des craintes profondes que la responsabilité de protéger sape le principe de la souveraineté de l'État et les intérêts nationaux semblent peser plus lourd que le sort des populations pris dans le conflit, "dit van der Lijn.


Les armes à sous-munitions contrôlent la baisse d'efforts en 2012


Les tentatives d'améliorer les contrôles internationaux sur l'utilisation, la production, négociant et stockant des munitions étaient une année décevante en 2012, comme les partisans de la Convention en 2008 sur les Munitions ont prouvé d'être incapable de persuader les nouveaux états de signer la convention. Les producteurs de munitions majeurs qui n'ont pas signé ou n'ont ratifié la convention incluent le Brésil, la Chine, l'Égypte, l'Inde, Israël, la Corée du Sud, la Russie et les États-Unis. Plusieurs de ces états ont utilisés  les munitions utilisées passées. Ces armes à sous-munitions dispersent des munitions multiples plus petites dont certaines peuvent éclater plus tard dans les mois ou les années qui suivent causant des pertes humaines civiles.

"Tant que les principaux producteurs restent en dehors de la Convention de Munitions en grappe, ils peuvent argumenter que les armes à sous-munitions restent "légitime" étant un moyen de produit militaro-industriel de faire la guerre — même si la plupart semblent avoir reconnu leurs potentialités à de graves conséquences humanitaires,' dit Lina Grip, co-auteur d'une nouvelle section de l'annuaire à la recherche de la maîtrise des armements humanitaire.

Traduit par Renaissance/Revival 

Source: sipri.org

Publié dans Actualité

Commenter cet article