Les terroristes Syriens utilisent des armes chimiques

Publié le par revivall

Vingt-cinq de personnes, dont la majorité des civils, sont tombées en martyr et nombre d'autres ont été blessées par la chute d'une roquette contenant des substances chimiques sur Khan al-Assal dans la banlieue d'Alep.

A noter que des terroristes avaient fait, dans un enregistrement filmé, des expériences sur le lancement des substances chimiques et des gaz toxiques sur les souris et menacé de déclencher des attaques chimiques.

Reste à signaler que les forces armées avaient rétabli en novembre dernier la sécurité et la stabilité dans nombre de parties de la zone de Khan al-Assal.

Le ministère des AE : La Syrie avait mis en garde contre l'envoi par certains pays soutenant le terrorisme d'armes chimiques aux groupes terroristes armés 

Le ministère des affaires étrangères et des expatriés a adressé deux messages identiques au président du Conseil de sécurité et au secrétaire général des Nations Unies, dans lesquels il a fait noter que dans une escalade très grave des crimes perpétrés par les groupes terroristes armés au nord de la Syrie, ceux-ci avait lancé ce matin à 07h:30 une roquette de la localité de Kafrda'el vers celle de Khan al-Assal dans le gouvernorat d'Alep, soulignant que la roquette était tombée sur une zone résidées par des civils à une distance de 300 mètres du lieu de la présence des éléments de l'armée arabe syrienne.

Le ministère a ajouté que l'explosion de la roquette avait causé des fumées et fait 25 martyrs jusqu'au présent et plus de 110 blessés qui avaient inhalé ces gaz.

Le ministère a affirmé que la Syrie avait affirmé dans les deux messages identiques qu'elle avait adressés le 8 décembre 2012, son inquiétude que certains pays soutenant le terrorisme octroient d'armes chimiques aux groupes terroristes armés pour en accuser le gouvernement syrien.

Le ministère a indiqué que la Syrie avait mis en garde contre le non affrontement de l'accès d'armes prohibés au Front Nosra, notamment après que ces groupes terroristes armés aient contrôlé, à l'est de la ville d'Alep, d'une usine privée comprenant des tonnes du chlore (substance toxique) et menacé dans des reportages médiatiques d'utiliser des armes chimiques qu'ils fabriquent dans un laboratoire à proximité de la ville turque Gaziantep contre le peuple syrien pour en accuser son gouvernement.

Le ministère a fait noter que le gouvernement syrien avait déjà averti des risques du recours des groupes terroristes armés à cette arme contre le peuple syrien, ajoutant : "Le non traitement par la communauté internationale des développements de la situation et le fait de ne pas demander des comptes à ces groupes terroristes, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité, les avaient encouragés à commettre leur crime ce matin".

Le ministère a indique que la Syrie qui réitère ses engagements à ne pas recourir aux armes chimiques, en cas de son existence, contre son peuple, poursuivra son engagement constitutionnel à traquer les terroristes et les parties qui les soutiennent en s'attachant à la sécurité de son peuple.

"La Syrie réclame à la communauté internationale de réagir sérieusement pour interdire à ces groupes terroristes de continuer leurs crimes dangereux contre le peuple syrien en mettant fin à l'appui financier, militaire, logistique, politique et médiatique de certains pays, en particulier la Turquie et le Qatar, aux groupes terroristes armés, soulignant que cet appui est octroyé sans penser de ses effets sur les citoyens syriens innocents visés par ces groupes terroristes.

Al-Zoe'bi: le lancement d'une roquette contenant des substances chimiques est une escalade dangereuse…Les gouvernements d'Erdogan et de Qatar assument la responsabilité de ce crime

Le ministre de l'information, Omrane al-Zoe'bi, a imputé aux pays qui avaient armé "l'opposition" la responsabilité du crime abominable survenu aujourd'hui à Khan al-Assal, à Alep, qualifiant de "très grave" le lancement par des terroristes d'une roquette contenant des substances chimiques de Kafer Da'el vers Khan al-Assal.

Dans une déclaration faite aujourd'hui à la presse, al-Zoe'bi a fait noter que le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan et la monarchie de Qatar assument la responsabilité de ce crime commis par des terroristes à Khan al-Assal et qui avait fait 25 martyrs et plus de 100 blessés, soulignant que ce crime est le résultat de la décision de la Ligue arabe au niveau ministériel.

20130319-205309.jpg

Al-Zoe'bi a indiqué que les terroristes avaient recouru à une arme prohibée, conformément à la loi internationale.

"Toutes les parties qui avaient acheté cette arme au Qatar ou dans n'importe quel pays dans le monde assument directement la responsabilité politique, juridique, morale et humain", a-t-il affirmé, soulignant la nécessité de demander des comptes à ces parties car le recours à cette arme prohibée internationalement est un tournant très grave dans ce qui se passe en Syrie aux niveaux sécuritaire et militaire.

Il a fait noter que la Syrie a le droit à réagir conformément à la loi internationale et à s'orienter vers les organisations internationales et régionales pour déposer une plainte contre les pays qui avaient assuré à l'opposition des armes prohibées internationalement dans le but de faire face aux risques de la fourniture au "Front Nosra" de telles armes.

Al-Zoe'bi a fait savoir que le recours à cette arme envoyée en Syrie via les frontières de certains pays voisins démontre que toutes les allégations véhiculées par certains pays, notamment la France, la Grande Bretagne, le Qatar et la Turquie sur l'appui aux groupes terroristes en armes non létales sont des "propos médiatiques".

"Ce crime terroriste qui s'était produit à Alep est un cas exceptionnel par rapport à ce qui s'étaient passé dans le monde pendant les 50 ans passés", a indiqué al-Zoe'bi.

Al-Zoe'bi a ajouté que les Américains et les Européens parlent en se référant à leur logique mensongère de la présence d'armes chimiques en Syrie, disant : "Si la Syrie possède une arme chimique, elle ne l'utilisera point pour des raisons politiques, morales et humanitaires".

Il a réaffirmé que la Syrie s'engage toujours aux Conventions et aux protocoles qu'elle signe dans ce sens.

Al-Miqdad : Le crime des groupes terroristes à Khan al-Assal s'ajoute à leur registre soutenu par certains pays de Golfe et l'Occident

Le vice-ministre des affaires étrangères et des expatriés, Fayçal al-Miqdad, a affirmé que le crime commis aujourd'hui par les groupes terroristes armés contre les civils à Khan al-Assal en lançant une roquette contenant des gaz toxiques, s'ajoute au registre de ces groupes soutenus par certains pays de Golfe et l'Occident, en particulier la Turquie qui assume la responsabilité des crimes visant les civils et de la destruction qui se produit en Syrie.

Dans un point de presse à l'issue de sa rencontre aujourd'hui avec les ambassadeurs des pays accrédités à Damas et les représentants des commissions internationales opérant en Syrie, al-Miqdad a estimé que cet acte criminel démontre la justesse de l'analyse de la Syrie sur le fait que toutes les allégations véhiculées pendant les dernières semaines et qui menacaient le gouvernement syrien sont nulles et loin de la réalité et s'inscrivent dans le cadre des préparatifs de ce crime.

20130319-205337.jpg

Al-Miqdad a fait noter que l'explosion de la roquette avait fait plus de 21 citoyens civils et 10 soldats syriens qui étaient présents à proximité du lieu de l'explosion, soulignant que les citoyens qui avaient inhalé les gaz ont été atteints d'un état d'inconscience et ont été hospitalisés.

"La Syrie défendra son peuple, poursuivra sa guerre contre le terrorisme et oeuvrera pour mettre fin à la violence commise par les groupes terroristes armés et les parties qui les soutiennent en fonds et en armes", a-t-il précisé.

Il a réclamé à la communauté internationale d'être vigilante car le danger causé par les groupes terroristes ne portera pas atteinte uniquement à la Syrie mais à la région entière et à tout le monde.

Al-Miqdad a fait savoir que l'encouragement du terrorisme en Syrie se contredit avec les lois internationales et les résolutions du Conseil de sécurité, indiquant que la Syrie adressera un message au Conseil de sécurité pour qu'il assume ses responsabilités et mette un terme aux crimes des terroristes et des parties qui les soutiennent.

Répondant aux questions des journalistes, al-Miqdad a dit :" La Syrie avait mis en garde depuis longtemps contre le fait que toutes les allégations véhiculées sur le recours aux armes chimiques avaient pour but d'aider les groupes terroristes armés au moment où ils lancent leurs roquettes".

Al-Miqdad a précisé que les pays qui prétendaient un éventuel recours de la Syrie à ces armes contre son peuple préparaient en effet les groupes terroristes armés à déclencher de telles attaques.

Quant aux accusations lancées sur l'implication de l'armée arabe syrienne dans le lancement de cette roquette, al-Miqdad a affirmé que la roquette a été tirée d'une zone contrôlée par les groupes terroristes et tombée sur une zone contrôlée par les forces syriennes et les loyalistes qui ne soumettent pas à la puissance des groupes terroristes armés. "La Syrie n'utilisera jamais ces armes, même si elles étaient existantes, contre son peuple et ses forces", a -t-il indiqué.

En outre, al-Miqdad a appelé les Nations Unies et la communauté internationale à mettre fin à l'ingérence des Etats-Unis, de la France, de la Grande Bretagne et des pays arabes donnés, dans les affaires syriennes.

Quant aux déclarations politiques de l'opposition, al-Miqdad a indiqué que le programme politique pour résoudre la crise en Syrie, en mettant fin à toute forme de violence et en engageant un dialogue national, est la réponse à toutes ses questions.

Le ministère de la santé appelle les Nations Unies à prendre en compte les crimes flagrants commis par les terroristes contre les citoyens

Le ministère de la santé a affirmé que les groupes terroristes armés ne s'étaient pas contentés du sabotage des centaines d'hôpitaux, des dispensaires et des ambulances, mais ils avaient lancé une roquette contenant des substances chimiques sur la localité de Khan al-Assal pour tuer les citoyens sans armes au profit de leurs objectifs visant la patrie.

Dans un communiqué, le ministère a appelé les Nations Unies, notamment leurs organisations sanitaires et humanitaires, à prendre en compte les crimes flagrants commis par les terroristes contre les citoyens sans armes et à exercer des pressions sur les pays qui arment et financent les groupes terroristes armés pour mettre fin à cet appui.

Le ministère a indiqué qu'il est soucieux de continuer à satisfaire les besoins sanitaires des citoyens.

Le ministère a ajouté que les citoyens hospitalisés aujourd'hui à Alep souffraient des états d'inconscience.

Le ministère a condamné les actes inhumains perpétrés par les groupes terroristes armés contre les citoyens.

20130319-150125.jpg

20130319-150102.jpg

20130319-145118.jpg

20130319-145042.jpg

20130319-145807.jpg

20130319-145004.jpg

20130319-144949.jpg 

20130319-144936.jpg

A. Chatta

 

Source: sana.sy

 

Voir aussi:

 

Les terroristes utilisent des armes chimiques contre l'armée syrienne

 

Les rebelles syriens ont maintenant des armes chimiques

 

La destruction des armes chimiques dans le monde

Publié dans Actualité

Commenter cet article