LE SYNDICAT NATIONAL DES DERMATOLOGUES ALERTE SUR LES DANGERS LIES AUX TATOUAGES

Publié le par revivall

TATOUAGES = DANGER
LE SYNDICAT NATIONAL DES DERMATOLOGUES
ALERTE SUR LES DANGERS LIES AUX TATOUAGES

Les encres de tatouages sont dangereuses pour la peau.
Les encres de tatouages contiennent des métaux toxiques : aluminium, barium, cadmium, cobalt, chrome, cuivre, fer, mercure, manganèse, nickel, antimoine, strontium, vanadium. Les encres rouges contiennent de l’aluminium, du fer, calcium, titane, silicone et du mercure ainsi que du cadmium. Les encres noires contiennent des hydrocarbures aromatiques polyclyques dangereux (dérivés du pétrole comme le benzopyrène, le benzoanthrascene). La plupart de ces produits sont cancérigènes et lorsqu’ils sont situés dans le derme et soumis aux rayonnements UV entraînent une forte augmentation en radicaux libres.

Les pigments qui composent ces encres, en particulier le rouge, peuvent être la cause de dermatoses variées, eczéma, lichen plan, lucite, sarcoïdose et pseudo-lymphome…

Les réactions allergiques
Ce sont les complications les plus fréquentes après un tatouage. Elles se caractérisent par des démangeaisons, des gonflements au niveau du tatouage et parfois des lésions plus ou moins importantes. Le traitement de ces allergies consiste en l’application de corticoïdes locaux mais dans certains cas, le retrait du tatouage est indispensable.

Les risques liés aux problèmes de peau préexistants
Certaines maladies dermatologiques chroniques peuvent se localiser sur des zones de traumatisme de la peau comme les tatouages. Il s’agit par exemple du psoriasis, du lichen plan, de la sarcoïdose ou encore du vitiligo. Il est recommandé aux personnes atteintes de ces maladies d’éviter de se faire tatouer. Tatouer à côté de la lésion ne permet en rien de prévenir une éventuelle poussée car ce sont des maladies de la peau dans sa globalité, même lorsqu’elle apparaît saine.
Attention, les personnes ayant des grains de beauté « à risque » ou de nombreuses taches de rousseur ont grand intérêt à consulter un dermatologue avant de se faire tatouer, afin de s’assurer que leur peau ne présente aucun risque. Il faut savoir qu’il est plus difficile, une fois la peau tatouée, de dépister les problèmes de peau.

A savoir : les tatouages éphémères au henné ne sont pas non plus dénués de danger.
En effet, si le henné pur est une substance naturelle et sans danger, lorsqu’il est mélangé à des produits tels que le PPD (paraphenylènediamine), il peut avoir des conséquences dangereuses pour la santé.
Le PPD est très souvent ajouté au henné naturel pour en renforcer la couleur et augmenter la longévité du tatouage. C’est un produit que l’on retrouve dans le caoutchouc, le vernis, le plastique, le cirage, …
Ses effets néfastes pour la santé sont nombreux : eczéma à l’endroit du tatouage qui peut laisser une cicatrice indélébile, urticaire, œdème de Quincke pouvant nécessiter une hospitalisation, apparition de manifestations allergiques à d’autres produits (teintures capillaires, médicaments, colorants textiles…).
La sensibilisation provoquée par le contact du PPD est définitive !

Le conseil du SNDV avant de se faire tatouer au henné : demander la composition du produit, demander à voir le mélange, il doit être de couleur orangée et non noire…

Comment se débarrasser d’un tatouage ?
Les dermatologues utilisent le laser déclenché. L’onde de choc fait exploser l’encre du tatouage, c’est une action électromagnétique, puis les poussières d’encre sont éliminées naturellement par la peau. Le nombre, la durée et le prix des séances varient en fonction de la surface du tatouage.

Attention, les résultats pour éliminer un tatouage sont très variables et le procédé peut être long et coûteux…

Si pour un tatouage amateur réalisé à l’encre de chine, trois à cinq séances suffisent pour le faire disparaître, pour un tatouage professionnel réalisé par une machine avec de grandes quantités d’encre, on peut compter jusqu’à 15 séances !
A savoir : certaines couleurs comme le vert, l’orange et le bleu font de la résistance malgré les progrès de la technologie. Les tatouages polychromes laissent des traces résiduelles, ce qu’on appelle les « tatouages fantômes ».
Le prix de chaque séance varie en fonction de l’importance du tatouage et peux aller jusqu’à 200 euros. Il faut respecter un délai de six semaines voir plus entre chacune pour laisser le temps à la peau d’éliminer les poussières d’encre.

Se faire tatouer n’est donc pas une démarche anodine.
Le Syndicat National des Dermatologues conseille vivement de prendre en considération tous les risques avant la prise de décision.
ATTENTION, les tatoueurs peuvent être équipés de lasers pour détatouer. Ils ne sont pas habilités à les utiliser ; seuls les médecins peuvent le faire.

Source: facebook.com

 

Voir aussi la page Santé

 


Publié dans Santé

Commenter cet article