La vitamine C peut tuer la tuberculose en culture de laboratoire

Publié le par revivall

Dans une découverte saisissante et inattendue, des chercheurs de l' Albert Einstein College of Medicine de l'Université Yeshiva ont déterminé que la vitamine C tue les bactéries de la tuberculose (TB) en culture en laboratoire. La conclusion donne à penser que la vitamine C ajoutée à des médicaments antituberculeux existants pourrait raccourcir le traitement de la TB, et il met en évidence une nouvelle aire pour la conception de médicaments. L'étude a été publiée aujourd'hui dans la revue en ligne Nature.

La Tuberculose est causée par une infection de la bactérie M. tuberculosis.En 2011, cette maladie a touché quelque 8,7 millions de personnes et a pris quelque 1,4 millions de vies, selon l'Organisation mondiale de la santé. Les infections qui ne répondent pas aux médicaments contre la tuberculose sont un problème croissant : sur 650 000 personnes dans le monde ont maintenant des multi-médicaments Multirésistants (TB-MR), 9 pour cent d'entre eux ont la tuberculose ultrarésistante (TB-UR).La tuberculose est particulièrement aigue dans les pays à revenu faible et intermédiaire, qui représentent plus de 95 pour cent des décès liés à cette maladie , selon l'Organisation mondiale de la santé.

La découverte au Collège de Médecine Einstein a montré au cours de la recherche Comment les bacilles tuberculeux deviennent résistantes à l'isoniazide, un puissant médicament de première ligne. Le principal investigateur et principal auteur de l'étude était William Jacobs, Jr., Ph.d., professeur de microbiologie et immunologie et de génétique à Einstein. M. Jacobs est un enquêteur du Howard Hughes Medical Institute et récemment élu membre de l'Académie nationale des Sciences.

Dr Jacobs et ses collègues ont observé que les bactéries de la tuberculose résistants à l'isoniazide étaient déficients en une molécule appelée mycothiol. "Nous avons émis l'hypothèse que la tuberculose qui ne peut développé de mycothiol pourrait contenir plus de cystéine, un acide aminé, » dit le Dr Jacobs. "Donc, nous avons prédit que si nous avons ajouté l'isoniazide et la cystéine à la bactérie sensible à l'isoniazide dans la culture, les bactéries développeraient une résistance. Au lieu de cela, nous avons fini par tuer la culture — quelque chose de totalement inattendu. "

L'équipe d'Einstein a soupçonné que la cystéine aide à tuer les bactéries de la tuberculose en agissant comme un "réducteur" qui déclenche la production d'espèces oxygénées réactives (parfois appelées radicaux libres), qui peut endommager l'ADN.

"Pour vérifier cette hypothèse, nous avons réitéré l'expérience à l'aide d'isoniazide et un agent réducteur différent — la vitamine C," a déclaré le Dr Jacobs. "La combinaison d'isoniazide et de la vitamine C stérilisait la culture de M. tuberculosis . Nous étions alors surpris de découvrir que la vitamine C en soi non seulement stérilisait la maladie sensible aux médicament, mais aussi stérilisait des souches come MDR-TB et XDR-TB."

Pour justifier les essais de vitamine C dans un essai clinique, le Dr Jacobs nécessaires pour trouver le mécanisme moléculaire par lequel la vitamine C exerce son effet létal. Davantage de recherches donnent la réponse : la vitamine C induite par ce qu'on appelle une réaction de Fenton, causant le fer réagit avec d'autres molécules pour créer des espèces réactives de l'oxygène qui tuent les bactéries de la tuberculose.

"Nous ne savons pas si la vitamine C fonctionnera chez l'homme, mais nous avons maintenant une base rationnelle pour faire un essai clinique" a déclaré le Dr Jacobs. "Cela permet aussi que la vitamine C est bon marché, largement disponible et très sûr à utiliser.Ce travail nous montre un nouveau mécanisme que nous pouvons exploiter à l'attaque de la Tuberculose."

Traduit par Renaissance/Revival 

Source: einstein.yu.edu

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article