L'Iran augmente la capacité de précision des missiles balistiques du golfe Persique

Publié le par revivall

Des experts iraniens à l'Aerospace research center (IRGC) ont augmenté la capacité de précision du missile supersonique du "Golfe Persique" de 8,5 mètres.


Le Commandant du Corps des gardes de la révolution islamique (IRGC) de la force aérospatiale, le général Amir Ali Hajizadeh, a déclaré que le dernier commandant et le chef de l'IRGC, le martyre Major Général Hassan Tehrani Moqaddam, a joué un rôle majeur dans la conception et la production du missile du golfe Persique.

"Quand à son deuxième essai dans le golfe Persique, le missile a touché un navire en mouvement avec une précision de 30m, nous avons réalisé un grand succès", a déclaré halifa.

éLorsque nous avons expliqué cette réalisation au chef suprême, son excellence a exprimé sa joie sur la précision accrue du missile, mais a exigé de nous d'augmenter sa capacité de précision à moins de 10-15 mètres" a-t-il ajouté.

"Moins de 6 mois plus tard, nos experts ont amélioré la capacité de précision de ce missile à moins de 8,5 m", a poursuivi le général Hajizadeh.

"Et quand le missile du golfe Persique est entrée en service dans la marine de l'IRGC, le compte à rebours a commencé pour les pays transrégional de mettre fin à la mission de leurs navires de guerre", a souligné le commandant de l'IRGC aérospatiale.

Le projectile supersonique, qui transporte une charge utile de 650 kg, est  doté d'une technologie intelligente et immunitaire à l'interception et aux fonctionnalités des systèmes de haute précision.

Le missile balistique supersonique du golfe Persique est le plus avancé et le plus important des missiles de la Marine des corps des gardes de la révolution islamique (IRGC).

La particularité du missile réside dans sa trajectoire et sa vitesse supersonique. Tandis que d'autres missiles traversent surtout à des vitesses subsoniques et en croisière, le golfe Persique se déplace verticalement après que le lancement, suite à des vitesses supersoniques, trouve la cible grâce à un programme intelligent, se bloque sur la cible et le frappe.

La portée du missile à combustible solide est de 300km et il peut être tiré depuis des lanceurs triples.

Le missile pourrait frapper avec succès une cible mobile comme un dixième d'un porte-avions effectué dans ses premiers tests.

Début 2011, l'Iran a commencé la production en série des missiles antinavires du golfe Persique qui sont conçu pour détruire des cibles hostiles en mer.

En avril 2012, halifa a noté une production des missiles balistiques du golfe Persique et dit: que "la recherche et la phase d'essai du missile du golfe Persique a pris fin l'an dernier, et il est maintenant produit en masse par le ministère de la défense."

Dans le même mois également, Le commandant amiral Ali Fadavi a souligné les hautes capacités défensives et la puissance de l'Iran et a dit que les ennemis changeraient leurs plans en raison de ses caractéristiques insolites et uniques du missile "Khalij-e Fars" nouvellement développé.

"Le missile Khalij-e Fars a été développéde façon  différente par rapport à la tendance habituelle et peut changer les équations sur lesquels se base l'ennemi" selon Fadavi à l'époque.

Se référant à la puissance des missiles de l'Iran, il a dit que la République islamique d'Iran est maintenant en possession de missiles fait maison avec une gamme de plus de 200kms, qui peut être monté sur des bateaux à grande vitesse iraniens.

En juillet 2012, les missiles du golfe Persique de l'Iran a affiché leur capacité de précision de 100 pour cent après avoir  frappé et détruit les cibles spécifiées dans la dernière phase de l'exercice Payambar-e Azam 7 (le grand prophète 7).

"Le missile de golfe Persique a justement frappé et détruit la cible qui était plusieurs fois plus petite que les cibles marines qui peuvent constituer une menace" d'après le général Amir Ali Hajizadeh dans la fin de la dernière phase de l'exercice le 4 juillet 2012.

Traduit par Renaissance/Revival

Source: farsnews.com

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article