GEAB 76 : seconde déflagration dévastatrice / explosion sociale à l'échelle planétaire

Publié le par revivall

Le choc de 2008 a certes été violent, mais la réaction du système, des pays et des banques centrales, par leurs plans de sauvetage d'une ampleur sans précédent, a réussi à en camoufler les pires conséquences : déclassement de l'Occident en général et des États-Unis en particulier, assainissement forcé de l'économie, lourde chute d'un niveau de vie artificiel, chômage de masse, amorce de mouvements sociaux... ont pu être en partie négligés au profit d'espoirs de reprise entretenus par les politiques irresponsables de déversement de liquidités sur les systèmes bancaires et boursiers. Malheureusement, pendant que la planète se dopait, les problèmes globaux n'étaient pas abordés... cinq ans de perdus : la solidité de l'édifice est encore plus faible qu'avant la crise ; la « solution » US orchestrée par la Fed, que tout le monde a laissé faire pour prendre le temps de panser ses propres plaies, a consisté à éteindre avec de l'essence l'incendie qu'ils avaient eux-mêmes allumé. Rien d'étonnant alors que ce soit encore eux, pilier du monde-d'avant refusant de rentrer dans le rang, avec leurs fidèles flotteurs japonais et britannique, qui enflamment à nouveau la situation mondiale. Et cette fois, il ne faudra pas compter sur les pays en faillite pour sauver la situation : ils sont à genoux suite au premier choc de 2008. C'est donc pratiquement une seconde crise mondiale qui s'annonce, provoquée une nouvelle fois par les États-Unis. Cette période de cinq ans n'aura finalement consisté qu'à reculer pour sauter de beaucoup plus haut, ce que nous avions nommé « la crise au carré ».

Plan de l'article complet :
1. Une situation désormais hors de contrôle
2. Une seconde crise US
3. Les impacts du second choc
4. Stratégies des différents acteurs
5. Faillites des institutions internationales
6. Recommandations urgentes

 

Lire la suite: leap2020.eu

 

Voir aussi:

 

Geab n°75: sous les records des bourses l’imminente plongée en récession de la planète

 

Geab n°73 - crise systémique globale 2013 : le grand brouillard statistique impose de passer de la…

 

Geab n°72 - second semestre 2013 : la réalité ou l’anticipation de l’effondrement du dollar oblige…

 

Geab n°71 mars-juin 2013 - débranchement de l'homme-malade du monde et dernière phase d'impact de…

 

Geab n°70: 2013, les premiers pas dans un monde d'après en plein chaos

 

Geab n°69 katrina-sandy : d'un ouragan à l'autre, la fin de l'amérique telle qu'on l'a connue

 

Geab n°68 - automne 2012 : bienvenue dans les semaines du grand basculement

 

Geab n°67 octobre 2012 - l'économie globale aspirée dans un trou noir et la géopolitique mondiale…

 

Geab n°65: second semestre 2012: convergence de quatre facteurs explosifs :…

 

Geab n°64: france 2012-2014 : le grand séisme républicain et son impact international / geab n °64: France 2012 - 2014: the great Republican earthquake and its international impact

 

Geab n°63: les cinq orages dévastateurs de l'été 2012 au cœur du basculement géopolitique mondial / The five devastating storms in summer 2012 at the heart of the world geopolitical swing

 

Geab n°62 euroland 2012-2016 : pérennisation d'une nouvelle puissance globale sous condition de démocratisation / geab No. 62 2012-2016 Euroland: Perpetuation of a new global power on condition of democratization

 

Geab n°61: 2012 : l'année du grand basculement géopolitique mondial / 2012: the year of the world’s great geopolitical swing

 

16/12/11: economie / economy: Geab n°60

 

18/11/11: economie / economy: Geab n°59

 

Geab n°58: premier semestre 2012 : décimation des banques occidentales/first half 2012: Decimation of Western banks

 

Geab n°57: quatrième trimestre 2011 : fusion implosive des actifs financiers mondiaux

 

Geab n°56: eté 2011: quand 15.000 milliards usd d'actifs financiers partiront en fumée

 

Geab n°55: second semestre 2011: fusion explosive de la dislocation géopolitique et de la crise économique et financière mondiale

Publié dans Economie

Commenter cet article