Changement du Plan du Bouclier Anti Missile Américain en Europe

Publié le par revivall

Changement-plan-bouclier-Americain.jpg
Le Secrétaire à la défense américain Chuck Hagel a annoncé le 15 mars, que les États-Unis annulerait la quatrième phase de son plan de défense antimissile européen et de "restructurer" le programme "Standard Missile-3 Block IIB" avec un intercepteur hautement avancé censés protéger contre des missiles balistiques intercontinentaux. L'approche progressive adaptative européenne implique des augmentations dans les systèmes de défense antimissiles balistiques sur le Continent. Le plan original prévoyait pour le déploiement d'intercepteurs de courte et moyenne portée dans les trois premières phases et les intercepteurs de plus longue portées dans la quatrième phase. La première phase, qui comprenait les stations de radar en Turquie et de systèmes de défense de missiles embarqués dans la Méditerranée, a déjà été mis en place.  
En vertu des deuxième et troisième phases, les intercepteurs les plus avancées capables de viser des missiles balistiques de portée courte et intermédiaire seraient affectés en Roumanie d'ici 2015 et en Pologne en 2018.  
Dans la quatrième phase, les plus longue portées missiles SM-3 Block IIB seraient déployés en Roumanie et en Pologne autour de 2022.  
Essentiellement, Hagel a annoncé que le développement de l'intercepteur, un composant central de la quatrième phase, seraient abandonné. Il y a plusieurs raisons possibles pour ce changement, plus particulièrement aux États-Unis pour un espoir sur un dégel des tensions avec la Russie, qui s'oppose farouchement sur l'ensemble du plan de défense antimissile . Washington a besoin de Moscou pour coopérer sur un éventail de questions, et des pourparlers entre les deux pays sont au point mort ces derniers mois. Mais tandis que la décision d'abandonner la quatrième phase du plan pourrait conduire à des progrès dans les négociations, le changement n'apaisera pas toutes les préoccupations de la Russie sur le bouclier antimissile américain en Europe. Divers différends seront non résolus entre Washington et Moscou et continueront d'empêcher de bonnes relations américano-russes.
Source: Stratfor

Publié dans Actualité

Commenter cet article